Le monde de la technologie : nouvelle génération du high-tech

1970, appelé aussi technique de pointe ou encore haute technologie a été reconnue sous l’anglicisme high-tech. Depuis la technologie n’a pas cessé d’évoluer. Le monde du high-tech touche à présent tous les secteurs, même celui de l’énergie et de l’agriculture. Le but ? Soi-disant pour faire avancer le monde !

Dans le secteur de l’énergie

À présent, la nouvelle technologie ou le high-tech a participé à la création d’un grand navire-hydrogène appelé Energy Observer. C’est une infrastructure conçue comme un laboratoire flottant pour les énergies renouvelables.
Cette dernière permet de prendre de l’énergie dans la nature sans rien détruire ni gaspiller. C’est une façon pour réduire le réchauffement climatique et pour protéger la nature. Victorien Erussard témoigne : « Il n’y a pas une solution miracle pour lutter contre le réchauffement climatique : il y a des solutions, que nous devons apprendre à faire fonctionner entre elles. C’est ce que nous faisons avec Energy Observer : faire collaborer les énergies de la nature, mais aussi de notre société, en réunissant autour de ce bateau, les savoir-faire des entreprises, des laboratoires, des start-ups et des institutions ».
Energy Observer est aussi un moyen d’assurer le futur en assurant la conservation de l’environnement. D’après Jérome Delafosse : « Autrefois, l’homme explorait pour conquérir les territoires et s’en approprier les richesses. Avec Energy Observer, nous voulons explorer pour découvrir et partager les solutions pour un futur plus propre. »

Dans la partie agricole

La technologie affecte aussi l’agriculture. Entre autres, l’utilisation des robots est devenue indispensable. Tel est le cas de l’optimisation de la traite des vaches. Un bras mobile en carbone se place sous la vache, le désinfecte puis scanne la mamelle à l’aide d’un laser. Il vient ensuite se greffer sur chaque mamelle pour la traire.
Pour les paysans, travailler la terre sera plus simple et rapide. Exit les fourches et les pèle. À présent il y a la robotisation, la géo localisation, le satellite, et même les drones. Comme Alain Savary a constaté : « Des techniques comme les mesures satellites ou guidage par GPS se généralisent dans les exploitations, elles sont appelées à se développer, notamment parce qu’elles favorisent l’agroécologie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *